SKIA, en grec ancien ombre ou trace... dont dérivent les mots scène, scénographie. Scène, lieu où l'on représente. Métaphore baroque du monde comme théâtre. Représentations, réalisations de ce microcosme qu'est l'homme. Cet espace est la scène sur laquelle on parlera de nos intérêts et on présentera nos idées et nos réalisations.



samedi 10 novembre 2012

Hibiscus

Technique mixte sur papier, cm. 29x29


12 commentaires:

  1. Toutes ces fleurs m'enchantent, quel beau travail ! Je suis particulièrement touchée par ces fleurs d'hibiscus : deux parentes merveilleuses nous ont quittés l'une après l'autre l'an dernier, elles nous avaient offert un magnifique plant d'hibiscus dans ces tons ... un petit coucou du ciel à travers vos pinceaux ? Merci pour ces peintures mettant en scène la beauté du monde, monsieur le héron cendré, que votre journée soit belle ! brigitte

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Brigitte, merci... j'aime l'idée que ce travail ait suscité en vous des souvenirs d'êtres chers...
    Une très bonne journée à vous, mes amitiés,

    G.

    RépondreSupprimer
  3. Le détail des pistils est tout à fait saisissant.

    Encore plus réussi que les orchidées blanches, je trouve, surtout au niveau des pétales : la transparence de l'hibiscus est vraiment bien rendue, ici.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Tsuki... ici j'ai utilisé une technique très en vogue dans la deuxième moitié du XVIIème siècle parmi les peintre baroques de fleurs...

    RépondreSupprimer
  5. La superposition de couches successives ? Je pose la question non pas pour te voler un secret, mais j'avoue que ça m'intrigue beaucoup : le rendu est étonnamment vivant.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai des techniques que j'ai découvert et que je garde secrètes mais pour une seule raison: je les préserve d'une "vulgarisation" ou d'une utilisation de la part de personnes désireuses d'en "profiter". Sinon j'ai toujours enseigné (gratuitement) à ceux qui m'ont démontré leur sérieux. Bon pour revenir aux hibiscus, c'est le contraire: tout est fait au même temps ou presque. Les artistes baroques peignaient des tableaux avec des centaines de fleurs et fruits, il fallait une technique rapide mais qui rende cependant l'aspect délicat des fleurs et toutes les autres qualités, le velouté des pêches, etc. On fais des bases et on y travaille dedans, on utilise le "sfumato" où nécessaire (donc un fondu avec un pinceau doux) et on soigne bien les contrastes... si on utilise l'huile, on peut utiliser aussi l'effet de matière - avec des "pâtes" très grasses - pour rendre l'ensemble plus tactile.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà une explication qui me passionne... Je vais aller me renseigner sur le sfumato, maintenant : rien que le nom est déjà fascinant.

    Sinon j'ai ouvert les commentaires sur Vogue 913:
    http://vogue913.blogspot.fr/

    Vous êtes le bienvenue, si vous voulez emettre des opinions, écrire des critiques constructives, faire des objections... J'accepte aussi les louanges (sourire).

    RépondreSupprimer
  8. Le sfumato c'est un terme italien qui est souvent utilisé à propos de la technique de Léonard de Vinci... pour indiquer la douceur des nuances qui caractérisent sa peinture.
    Je ne manquerai pas de vous rendre visite et comptez sur moi pour tout ce qui est positif et constructif... louanges comprises :-)

    À bientôt, bonne soirée

    G.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Mildred... bonne journée et bon we...

    RépondreSupprimer
  10. Tedio e lacere labbra
    incontro d'estasi
    nel vespero
    di lacrime e sangue
    Tenebroso languore
    d'eburneo pensiero di luna
    Di soppiatto
    entra l'aurora
    ha fiato rosso
    Sommerge
    gli amanti
    nella notte e nel rimpianto
    E' un miasma
    senza aria
    il vuoto della lontananza

    I tuoi lavori sono molto belli, ti lascio una poesia.

    RépondreSupprimer
  11. Grazie Chiara, bellissima la poesia... buon week-end!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...